Voilà, le séjour d'Augustin en forêt d'Argonne s'achève fin juin 1916, après 10 mois passés dans la forêt.

Capturer MARIE THERESE ARGONNE

 

C'est l'heure de monter à Verdun. En vérité, le régiment devait participer à la bataille de la Somme le 1er juillet 1916. Mais le destin en a décidé autrement.

Verdun, juin 1916.

A partir du 21 juin commencent les fantastiques bombardements préludant à la terrible attaque allemande du 23 juin, où Jules fut prisonnier par les Allemands. Elle se poursuivra jusqu'au 12 juillet. C'est la dernière grande offensive de l'ennemi. C'est la dernière grande bataille défensive française.
Objectif : SOUVILLE
Du 24 au 30 juin, la bataille se poursuit décousue, désordonnée, toujours sanglante. Les attaques et les contre-attaques alternaient du côté de Fleury et Thiaumont.
Le 1er juillet s'engageait la bataille de la Somme.
Ce même jour, quand le canon grondait sur la Somme, le 248e RI reprenait partie de l'ouvrage de Thiaumont et les retranchements voisins du poste de commandement.
Cependant, le 3 juillet, c'était au tour des Allemands de remporter l'avantage. Un bataillon du 99e RI s'emparait de la batterie haute de Damloup et faisait une centaine de prisonniers.
Le 11 juillet, il poussait ses avantages. Les unités du 15e corps s'avançaient le long de la hauteur de la Laufée. 900 hommes et 19 officiers étaient capturés.
Le 10, les Allemands avaient préludé par un déluge d'artillerie. Toutes les liaisons françaises furent rompues. Plus de ravitaillement, plus d'eau. Une nappe de gaz s'étendit jusqu'à Verdun, stagnat sur le champ de bataille.
Le 11, dès 4 heures, le feu s'intensifiait. Les tirs de barrage se succèdaient sans discontinuer. La station de Fleury s'effondra sous ses occupants. A 5 heures, l'action s'engagea devant la Chapelle Ste Fine.

Chapelle Ste Fine

A suivre...