Bonjour,

Mars 1915

"Ma tante Bertaux m'a écrit et elle m'a envoyé 5 F. Je lui ai envoyé une photographie". Jules Cabot

Décembre 1916

"La tante Bertaux m'a envoyé un colis et m'a écrit qu'elle en envoyait un à Jules". Augustin Cabot

Novembre 1916

"Ma tante Bertaux m'a envoyé une paire de chaussettes qu'elle a faites". Augustin Cabot

Avril 1917

"J'ai reçu un colis de ma tante Bertaux hier, il contenait saucisson, pain d'épice et boîtes de conserves". Augustin Cabot

 Voilà ce qu'écrivaient les frères Cabot pendant la Grande guerre.

 

Qui était la tante Bertaux ?

Si l'on reprend l'arbre généalogique de notre ancètre Albertine, née Mainot :

Arbre généalogique CABOT

Appoline est la soeur de la mère d'Albertine. Née en 1844 à St-Victor-l'Abbaye, elle est partie travailler près de Paris, à Meulan (Seine & Oise). Elle était vendeuse de modes chez sa future belle-mère, Mme Vve Bertaux.

Appoline s'est donc mariée en novembre 1864 avec Auguste Bertaux, âgé de 23 ans, né à Vesly (Eure) de profession négociant en grains. Le couple était de tous les mariages à St-Victor et l'on retrouve au moins à deux reprises le nom Bertaux en qualité de témoins. Ils étaient aussi parrain et marraine de notre ancètre Albertine.

Les Bertaux ont résidé juste après leur mariage au 32 rue Culture Sainte-Catherine à Paris (actuellement rue de Sévigné) puis 21 rue Crozatier (Paris 12ème). De leur union est né Auguste Clément Bertaux en 1866.

Auguste Bertaux père a acheté plusieurs commerces en grains et foins à Paris :

- Août 1882 : Achat d'un fonds grains-fourrage, rue Ste Croix Bretonnerie n° 35 (juste à côté des chocolats Meunier),

- Juin 1893 : Achat d'une clientèle en grains (sans adresse) à M. Frère

- Janvier 1908 : Vente du dépôt fibres de bois, grains et fourrages 24 boulevard Diderot et 4 Cour des Petites Ecuries.


Intéressons-nous à ce dépôt boulevard Diderot : il apparait sur beaucoup de cartes postales anciennes de la Gare de Lyon dont il est tout proche : on peut lire sur cette carte en haut et à gauche l'inscription "dépôt général de fibres de bois". 

 

BD DIDEROT

 

Et aussi une autre carte que nous nous sommes procurées à Paris, auprès de l'association Parimagine, photothèque des jeunes parisiens que je remercie au passage (voir en liens amis leur site)

 GARE LYON METRO BERTAUX

 

On peut y voir l'entrepôt au fond et à droite. Il a fallu une loupe pour distinguer le nom A. Bertaux Fils, successeur.

 

 

Revenons aussi au 21 rue Crozatier où a longtemps vécu le couple Bertaux : voici une carte postale : à droite de l'image, où est indiqué "Défense d'afficher", il s'agissait de leur maison et des bâtiments où étaient entreposés graines et foins. "Ouverte en 1862, cette voie privée, fermée à l'origine par des grilles, relie les rues de Charenton et Crozatier" nous explique l'ouvrage Mémoire des Rues, Paris 12ème, édité par l'association Parimagine.

Après recoupement avec le cadastre de l'époque, il s'agit bien du 21 rue Crozatier.

 

PASSAGE ABEL LEBLANC RUE MICHEL BIZOT

 


On trouve des traces d'activités commerciales des Bertaux dans le bottin des commerces de Paris de l'époque.

Merci aux contributeurs du forum CPArama qui m'ont renseignée. 

 Voici leurs réponses :

Re: BOTTIN COMMERCES DE PARIS

 par bastille91 » Lun 13 Aoû 2012 22:12

 Bonjour
voici une copie de de 1904 on l'on trouve le nom de Auguste BERTAUX (Grains ,Graines et Fourrage : rue Crozatier
Par contre je ne retrouve plus de "Bertaux "grains et fourrages dans les annuaires après 1911

plus de renseignements ""Normalement" dans quelques jours
Bastille91
pascal


en 1911 : 101 et 103 Michel Bizot : BERTAUX ,grains et fourrages
en 1913 : 101 et 103 Michel Bizot : VIOLET, grains et fourrages

 

Re: BOTTIN COMMERCES DE PARIS

par bastille91 » Mar 14 Aoû 2012 00:15

Bonjour à tous
voici une deuxième adresse en "1904" on l'on trouve le nom de BERTAUX (AUG) au 101 et 103 rue Michel-bizot

A suivre
Bastille91
Pascal

Re: Berteaux sur le BOTTIN COMMERCES DE PARIS

par Carpostale » Mar 14 Aoû 2012 14:04

La piste Michel-Bizot est bonne.
En 1923 (Bottin), c'est Violet P. qui est aux 101 & 103 de cette rue dans le commerce des Grains & Fourrages
Carpostale

Carpostale

BERTAUX Bottin commerces

 

Re: Berteaux sur le BOTTIN COMMERCES DE PARIS

par collector51 » Mar 14 Aoû 2012 15:43

bonjour,

apport de grains à moudre

sur le site référentiel des permis de construire à Paris, il est fait mention de la famille BERTAUX à cette même adresse :

====================================================

101, 103 rue Michel-Bizot (18e arr.)
Bertaux, 21 rue Crozatier
Marquet, 9 boulevard Saint-Martin
Construction d'un vaste magasin à fourrages sur terre-plein
2 février 1884 (travaux commencés)

====================================================
103 rue Michel-Bizot
Aug. Bertaux, 21 rue Crozatier
E. Guigardet, 207 rue Saint-Antoine
Construction avec écuries et remises
29 avril 1897

===================================================

103 rue Michel-Bizot
Bertaux, 21 rue Crozatier
Guigardet, 207 rue Saint-Antoine
Hangar à fourrages
22 décembre 1891

=================================================
cdlt

christian

 

Comme vous le constatez, beaucoup d'activités commerciales chez Appoline et Auguste !

D'après l'ouvrage "Paris, deux mille ans d'histoire" par Jean Favier aux éditions Bayard, il y avait à Paris en 1900, 15 000 voitures à cheval, 50 000 automobiles et 165 000 bicyclettes, et surtout 100 000 chevaux ! Le cheval se restaure, le nez dans un sac d'avoine pendu aux oreilles. Dès 1900, l'automobile le concurrence : remplacement de l'omnibus à chevaux en 1906, voiture et lignes de métro. On peut voir une vidéo très intéressante sur la circulation à Paris en 1900 :

 

Les Bertaux père et fils vendaient donc du foin et graines pour les chevaux. D'ailleurs, comme nous l'a confirmé notre cousine Marguerite Vittecoq, une partie de la production de la ferme de Calais partait à Paris dans leurs entrepôts, tout près de la gare de Lyon.

Une petite photo d'un marchand de foin :

 

Foins image commerçant

 

Et une autre carte où l'on aperçoit les ruines de l'incendie de l'entrepôt de foins des Bertaux au 101-103 rue Michel Bizot

BERTAUX Incendie

On peut voir la légende de cette photo sur le site Parimagine : http://www.parimagine.fr/Piwi/galleries/Arrondissements/Paris-12/5223.jpg

 

Une fin tragique...

En 1909, le fils d'Appoline décède à 43 ans, au 17 rue de Penthièvre à Sceaux (92) où il était soigné. A cette adresse il y avait une maison de santé mentale. Il était marié avec Marie Chainbault, sans profession.

Cliquer sur ce lien pour visualiser la photo de cette villa http://archives.sceaux.fr/cartes-postales/documents-figures/batiments-prives/villa-penthievre. Merci à l'association de Sceaux qui m'en a confirmée l'existence.

Un an plus tard, c'est le mari d'Appoline qui décède, à l'âge de 69 ans, au 103 avenue du général Michel Bizot, Paris 12e.

Restée à cette adresse, Appoline envoyait des colis à ses neveux Augustin et Jules, et aussi à d'autres membres de la famille qu'elle connaissait moins, par exemple une trottinette à Noël chez les Maillet que nous avons rencontrés à St-Victor-l'Abbaye ! La tante est décédée à Paris à l'âge de 87 ans, en 1931.

Marguerite Vittecoq a une photo des Bertaux. A suivre...

Les recherches sur les Bertaux ont été très intéressantes, la ville de Paris était beaucoup photographiée au début du siècle et les états-civils en ligne nous ont bien facilité la tache !

Nous nous sommes rendus sur place avec Gérard et avons découvert les maisons de nos ancètres. Le quartier gare de Lyon (rue de Chalons) a été démoli et reconstruit en 1990.

L'association Parimagine recelle de cartes postales anciennes qu'il est possible d'acquérir au prix modique de 5 € l'unité. Si vous avez des ancètres sur Paris, il est fort possible que leur maison ait été photographiée ! Visitez le site (voir en liens à droite de l'écran) !

A bientôt !

Marie hélène Cabot